Archives de catégorie Actualités

Offre de poste Technicien de Laboratoire/Secrétaire

Offre de Poste polyvalent Technicien(ne) de Laboratoire et Secrétaire. Le poste est ouvert à candidature jusqu’au 1 Mars 2023.


Le LEREM est un laboratoire indépendant approuvé par le ministère de la transition l’écologique et solidaire pour contrôler et valider des emballages destinés au transport de marchandises classifiées “Matières Dangereuses” par décret du 27 Octobre, 2017 Publié au Journal Officiel N° 0281 du 02 Décembre 2017. Texte N°9 – Nor: TREP1730464A. Certifié RID/ADR, UN, IMDG, IATA.

Le laboratoire a été créé en 1961 et est reconnu comme un centre d’expertise. De renommée internationale, les domaines d’activité du laboratoire sont essentiellement :

  • Les emballages destinés aux transports de matières dangereuses.
  • Les tests de validation d’emballage, y compris les tests d’entreposage et d’électrochimie.
  • Les emballages destinés au contact alimentaire.
  • Les générateurs d’aérosols.
  • Les tests de classement de produits dangereux et autres tests physico-chimiques.

Le laboratoire est constitué de 4 personnes hautement qualifiées et expérimentées.

Le laboratoire est situé à Montataire en France, à 30 minutes de Paris par le train, à 30 minutes en voiture de l’Aéroport Charles de Gaulle et à 15 minutes à pied de la gare de Creil.

Le LEREM recherche un (e) candidat (e) répondant aux critères ci-après :

Poste : Technicien(ne) de Laboratoire et Secrétaire (H/F).

Fonction :

  • Réalisation des tâches administratives du laboratoire, facturation, réception des échantillons d’essai.
  • Réalisation, pour partie, des essais et des analyses, rédaction des rapports d’essais en français et/ou en anglais.
  • Participation aux travaux courants du laboratoire.

Profil et compétence :

Diplômé(e) d’un BTS métiers de la chimie ou d’un diplôme équivalent, avec une expérience en service qualité et de plus de 10 ans d’expérience dans l’industrie. Une expérience dans l’industrie de l’emballage serait un plus.

Ce poste est destiné à une personne mature, sérieuse, autonome et responsable

Très bon niveau orthographique en français.

Maîtrise de l’anglais indispensable. Lu et écrit.

Dynamisme, autonomie, rigueur, sens de l’organisation et esprit pratique seront nécessaires. Capacité à s’adapter à des tâches variées et à réaliser des travaux de laboratoire (montages expérimentaux et évaluations). Personne motivée ayant le goût du travail en équipe et douée d’un bon relationnel.

Organisation : Le (la) salarié(e) rapportera à M. Franck FLECHEUX, directeur du Laboratoire. La part de travail de secrétariat et de participation aux mesures de laboratoire est à peu prés égale.

Nature du contrat : CDI

Date de prise de fonction : 1ier Février 2023

Durée du travail : Temps complet – Rattaché(e) à la convention collective de la métallurgie.

Salaire : 35 brut sur 13 mois, révisable selon expériences et références.

Lieu de travail : Montataire (60160)

Rémunération : Suivant la convention collective de la métallurgie.

Pour postuler : f.flecheux@lerem.org – Tel 06.37.05.21.94

Type d’emploi : Temps plein. 37H30 par semaine + RTT soit 35 heures annualisés

Fonction : Technicien ou Technicienne de Laboratoire – Études/recherche

Secteurs : Études/recherche

Téléchargez l’offre de poste en cliquant sur le lien ci-dessous :

Chargeur En cours de chargement…
Logo EAD Cela prend trop de temps ?
Recharger Recharger le document
| Ouvert Ouvrir dans un nouvel onglet

Télécharger [420.62 KB]

L’importance de la précision

Franck Flecheux, directeur du LEREM, explique les innovations dans ses capacités technologiques, car il résout des problèmes qui touchent l’ensemble de l’industrie de l’emballage métallique


Depuis 1987, le LEREM (Laboratoire d’Etudes et de Recherches des Emballages Métalliques), fondé en 1961 à l’initiative du Syndicat National des Fabricants de Boites Métalliques (SNFBM), est une association à but non lucratif. Le LEREM est membre de différentes commissions techniques et réglementaires françaises au travers du Groupe Commission AFNOR HO8F, qui conçoit et déploie des solutions basées sur des normes volontaires dans le monde entier. Le Comité Français des Aérosols (CFA), et au niveau européen, à travers Metal Packaging Europe (MPE), l’Association Européenne de l’Emballage Industriel (EIPA) et la Fédération Européenne des Aérosols (FEA). Basée à Montataire, l’association propose ses services à ses adhérents ainsi qu’à l’ensemble des entreprises de l’industrie de l’emballage métallique (principalement sidérurgistes et alu, agro-alimentaires, cosmétiques, industriels et distributeurs) pour résoudre les problèmes qu’ils peuvent rencontrer dans le vaste domaine de l’emballage métallique et ses nombreuses applications.

Les activités du LEREM

Le marché des emballages métalliques est en croissance constante, principalement en raison de leur durabilité, de leur stabilité et de leur sécurité. La production européenne annuelle est d’environ 98 milliards d’unités pour diverses applications (boissons, alimentation, santé et beauté, marchés domestiques et industriels), selon Metal Packaging Europe. Le marché mondial des emballages métalliques est en croissance constante et devrait croître de 3,1 % de 2020 à 2030. Les emballages métalliques se comparent favorablement aux autres types d’emballages en raison de leur résistance physique, qui offre la possibilité de stérilisation ou de stabilité lors du transport de matières dangereuses. Les emballages métalliques offrent une bonne barrière physique qui limite toute contamination ou « interaction » entre les côtés extérieur et intérieur du contenant.

Enfin, c’est une solution pratique et écologique par rapport à d’autres types de matériaux d’emballage, qui, surtout, peuvent être recyclés à l’infini sans perdre leurs propriétés inhérentes. Cependant, afin de garantir ces propriétés utiles, il est nécessaire de contrôler strictement le processus de fabrication de l’emballage métallique et la qualité du produit final. Les exigences les plus importantes pour les emballages métalliques sont la résistance physico-chimique et l’étanchéité à l’air. Le LEREM est au service des industriels de l’emballage métallique, qu’il accompagne dans :

  1. l’obtention de permis pour le transport de marchandises dangereuses
  2. La commercialisation d’aérosols sûrs et conformes à l’étiquetage réglementaire (inflammabilité et résistance à la pression)
  3. Le conseil pour les acteurs de l’industrie de l’emballage métallique (fabricants, utilisateurs, organismes concernés)

Avec la norme ISO 9001:2015, l’organisme a la capacité et la compétence pour effectuer les tests suivants :

  • Essais d’agrément des colis destinés au transport de marchandises dangereuses
  • Essais mécaniques et d’inflammabilité sur les générateurs d’aérosols et les pompes
  • Analyse granulométrique par diffraction laser
  • Tests électrochimiques et de stockage (à différentes températures) sur la compatibilité contenant-contenu

Le LEREM possède une grande expérience dans les essais liés aux emballages (jusqu’à 400 litres) pour le transport de marchandises dangereuses. Dès 1997, l’association obtient son premier agrément du ministère français des Transports, constamment mis à jour pour les essais, l’agrément des types de conception et le contrôle de la production. Cette expertise s’appuie sur des tests réglementaires tels que des tests de chute, des tests de pression hydraulique, des tests d’étanchéité, des tests de gerbage, des tests de corrosion conformément aux réglementations RID, ADR et CLP. Concernant le contrôle de la production, l’organisme est responsable du contrôle sur site de la production des emballages agréés, qui est répété tous les trois ans dans le cadre du processus de renouvellement du certificat (ISO 9001).

Nouveau matériel du LEREM

L’association réalise des tests d’inflammabilité, réglementés depuis 2007 par l’Accord européen relatif au transport international des marchandises dangereuses par route (ADR) et depuis le 8 avril 2008, par la directive 2008/47/CE. En France, ces tests ont été inclus dans le décret 2010-323 du 23 mars 2010. La méthode de test consiste à :

  • Mesurer la distance d’inflammation des aérosols dispersés
  • L’inflammabilité des aérosols dispersés dans un espace clos
  • L’inflammabilité des mousses aérosols.

Cette méthode permet, selon les valeurs obtenues et les critères établis, de classer les aérosols en « non-inflammables », « inflammables » ou « extrêmement inflammables ». L’étude des aérosols dispersés peut être complétée par une analyse granulométrique par granulométrie laser. Cette analyse est une méthode de contrôle de la qualité importante dans diverses industries telles que les peintures, les aliments et les boissons, les aérosols, les matériaux de construction, les produits biocides ainsi que dans l’industrie pharmaceutique. L’analyse granulométrique est principalement utilisée pour s’assurer que le produit final répond aux attentes des consommateurs et, surtout, qu’il est sûr à l’usage. Des essais mécaniques sont réalisés conformément aux normes NF H44-023 et FEA 621 sur des bidons vides sans soupapes pour déterminer la pression d’éclatement.

De plus, la résistance mécanique des récipients aérosols métalliques ainsi que des récipients en verre ou en plastique (aérosol ou non) peut être déterminée conformément à la norme FEA 623 et à la directive 75/324/CEE. Conformément au projet de norme FEA 647, le LEREM teste également les bombes aérosols plastiques (test goutte froide, test goutte chaude, test produit, test eau, test eau et antigel et test air chaud). Le LEREM dispose des équipements et des compétences techniques pour réaliser la compatibilité contenant-contenu par électrochimie, ce qui peut être très efficace pour déterminer l’adéquation des contenants en acier ou sélectionner les inhibiteurs de corrosion appropriés pour limiter les risques de corrosion de certains couples contenant-contenu.

Nouvel outil de test électrochimique

La spectroscopie d’impédance est une méthode électrochimique de mesure de la résistance électrique (impédance) de l’interface métal/revêtement lorsqu’une tension alternative est appliquée à un échantillon à différentes fréquences. Cette méthode est utilisée dans la recherche sur les emballages depuis les années 1980, et le LEREM, quant à lui, pratique cette méthode depuis le début des années 1990, principalement sur les bombes aérosols. La praticité de cette méthode pour l’industrie de l’emballage métallique est grande car elle permet la détection de très petits défauts (parfois même plus petits que ceux visibles au microscope), et comme cette méthode n’a pas d’effet destructeur, il est possible de mesurer les mêmes échantillons à plusieurs reprises, c’est-à-dire suivre leur évolution dans le temps.

Ainsi, les modèles mathématiques peuvent être calibrés sur la base de mesures répétées à partir de signaux électriques très faibles et très précis à différentes fréquences. A partir de ces données, un modèle électrique équivalent du circuit RLC (résistif, inductif, capacitif) peut être créé. Ensuite, un modèle RLC équivalent peut être appliqué de manière répétée à intervalles réguliers pour filtrer l’interaction entre le revêtement intérieur, le substrat et la formulation remplie de boîtes d’emballage métalliques revêtues.

Cette procédure de test se compare favorablement à d’autres (c’est-à-dire, test de stockage, test d’emballage, etc.) car elle réduit le temps de test, accélérant ainsi le délai de mise sur le marché, et diminue le nombre d’échantillons à tester (de Vooys et al., 2012 ; Soares et al., 2020)1. Les équipements et systèmes de traitement des mesures sont en constante évolution, et le LEREM s’efforçant de suivre les dernières innovations, l’association s’est dotée dès décembre 2021 d’un matériel flambant neuf, à la pointe de la technologie et plus précis (10 fois plus sensible) .

Une nouvelle direction – les études analytiques

Récemment, une attention particulière a été accordée aux matériaux et aux produits chimiques utilisés pour produire des matériaux en contact avec les aliments (MCA). Au niveau de l’Union européenne (UE), les FCM sont soumis au règlement-cadre CE 1935/2004. Ce règlement stipule que les FCM ne doivent pas altérer les propriétés organoleptiques et nutritionnelles des aliments et ne doivent pas transférer leurs composants dans les aliments en quantités pouvant mettre en danger la santé humaine. Ce règlement s’applique à toutes les substances susceptibles de migrer à partir des MCDA, y compris les substances dites ajoutées non intentionnellement (NIAS).

Schéma des substances

Bien que la législation de l’UE autorise la présence de NIAS dans les FCM, une évaluation des risques impliquant l’identification et la caractérisation des molécules migrantes, ainsi qu’une évaluation des niveaux d’exposition, est requise. Le LEREM assiste les fabricants d’emballages métalliques qui souhaitent assurer la sécurité de leurs matériaux et réalise des études NIAS (identification, semi/quantification) en utilisant des techniques de spectrométrie de masse à haute résolution. L’étude des NIAS dans les FCM permettra aux fabricants d’emballages de confirmer que leurs produits sont conformes à la réglementation en vigueur et les aidera à se conformer aux éventuelles évolutions réglementaires.

References


Transcrit de l’article « The importance of precision » de l’édition novembre/décembre 2022 du magazine World Aerosol.

Politique qualité 2022

Politique qualité

M. Paul Garcia en tant que Président du CA du LEREM et M. Franck Flecheux en tant que Directeur du LEREM s’engagent à donner les moyens pour faire appliquer la politique qualité 2022 :

Être à l’écoute des besoins des clients

Comprendre toujours mieux les besoins et les attentes explicites ou implicites des parties intéressées. La qualité, la fiabilité, la précision et la rapidité des essais du Laboratoire sont les éléments essentiels de son image de marque et de sa réputation.

Avoir du personnel et des moyens qualifiés

Le laboratoire est constitué d’un personnel et d’équipements de contrôle, de mesure et d’essai qualifiés pour répondre à ses enjeux. Le laboratoire dispose également d’un Système Qualité qui a été évalué et jugé conforme aux exigences de la norme ISO 9001 version 2015, dans son domaine d’application.

Respecter les exigences réglementaires

Le laboratoire doit prévenir les risques d’incidents liés à la sécurité des emballages par ses actions et une communication pertinente.

Pérenniser la gestion des déchets

Le laboratoire génère peu de déchets mais nous sommes conscients que tous les efforts pour limiter l’impact environnemental est important. Le laboratoire s’engage à maintenir une démarche visant à organiser le tri des déchets et à gérer leur évacuation vers les filières de recyclage ou de traitement adaptées.

Nos missions principales

  • Assurer la conformité des emballages destinés au transport des marchandises dangereuses en vue de la délivrance de certificats d’agrément pour les emballages, dans le respect de la réglementation en vigueur
  • Réaliser des essais pour les fabricant/remplisseurs d’aérosols (inflammabilité, résistance à la pression…) nécessaires au respect de la réglementation aérosols et à la sécurité de tous
  • Représenter la profession et défendre ses intérêts auprès des autorités et agences publiques et autres organisations professionnelles en France et en Europe
  • Apporter une expertise indépendante à tout demandeur pour tout problème ou question technique soulevés lors de conflits inter-professionnels ou juridiques
  • Développer l’activité marchande et améliorer le résultat financier

Nos objectifs

  • La satisfaction de ses clients par l’analyse des retours de questionnaires de satisfaction et des indicateursqualités internes en maintenant le même haut niveau d’exigence que pour les dernières années
  • Maintenir la sécurité des membres du laboratoire au travail
  • Établir un projet d’évolution du modèle économique du laboratoire
  • Mettre en place le projet de recherche PHÉNIX, qui s’inscrit dans le sillon du projet recherche OLIGO
  • Établir une nouvelle convention entre le LEREM et le SNFBM

M. Jean Baptiste MATHIEU est chargé du suivi du système qualité du laboratoire.

M. Jean Baptiste MATHIEU sera également chargé de l’animation et de la coordination des démarches
de progrès.

La qualité représente un engagement de chaque membre du laboratoire. Le développement de la politique
qualité, sa communication, l’analyse des risques ainsi que le respect des objectifs fixés constituent une
priorité pour tous.

Le Président du Conseil d’administration du LEREM,

M. Paul GARCIA

Le Directeur du Laboratoire LEREM,

M. Franck FLECHEUX

Le Responsable Technique,
Responsable de la Qualité,

M. Jean Baptiste MATHIEU

La Technicienne de Laboratoire et Secrétaire,

Mme Corinne GUYOT

papier footer LEREM 2022

Matériaux en contact avec les aliments

Revêtements internes pour les matériaux en contact avec les aliments

Ces dernières années, une attention particulière a été accordée aux matériaux et aux produits chimiques utilisés dans la fabrication des matériaux en contact avec les aliments (MCA).

Des études sont constamment menées pour améliorer l’aspect pratique et la sécurité des revêtements et des emballages en contact avec les aliments afin de protéger les consommateurs. L’article 3 du Règlement Européen № 1935/2004 stipule que « tout matériau ou objet destiné à entrer en contact direct ou indirect avec des denrées alimentaires ne doit pas […] transférer ses constituants dans les denrées alimentaires dans des quantités susceptibles de mettre en danger la santé humaine ». Cette règle s’applique à toutes les substances qui peuvent migrer à partir des MCA – les substances de départ utilisées pour produire les MCA, ainsi que les substances dites non intentionnellement ajoutées (NIAS).

Bien que la législation européenne autorise la présence de NIAS dans les MCA, une évaluation des risques comprenant l’identification et la caractérisation de la molécule ainsi qu’une évaluation des niveaux d’exposition est requise. Cette année, la Commission européenne a réévalué la législation européenne actuelle sur les MCA et a conclu qu’il existe « […] des faiblesses potentielles dans l’approche actuelle de la réglementation des MCA ». L’une des questions soulevées concerne l’identification des NIAS. Le problème avec les NIAS est que, même si la sensibilisation sur ce sujet a augmenté et que certaines études ont été réalisées, peu de molécules ont encore été identifiées, ce qui rend impossible une évaluation précise du risque, s’il existe.

L’expertise du LEREM

Le LEREM soutient ses adhérents et les fabricants d’emballages métalliques qui veulent être proactifs et assurer la sécurité de leurs matériaux, et propose de réaliser des études NIAS (identification, semi-quantification) en utilisant des techniques de spectrométrie de masse à haute résolution. Grâce à la collaboration avec LABERCA, le docteur en chimie analytique engagé au LEREM a accès à la plateforme analytique de LABERCA, composée de 18 instruments différents. L’identification de substances inconnues dans les MCA permettra aux fabricants d’emballages de confirmer que leurs produits respectent les réglementations actuelles et les aidera à se conformer aux évolutions de la réglementation.

Photo d'emballages alimentaire

Nous serons présents au congrès FEA 2022

Bannière du congrès FEA 2022

Le LEREM participera au congrès FEA 2022 à Lisbonne du 21 au 22 septembre.

Retrouvez nous au Paris Packaging Week 2023

Paris packaging week 2023

Vous pouvez nous rencontrer pendant le Paris Packaging Week 2023, le 25 et 26 Janvier. Notre équipe sera présente sur le stand du Comité Français des Aérosols.

Nous participons au Paris Packaging Week 2022

Paris Packaging Week 2022


Le 29 et le 30 juin 2022, le LEREM sera présent sur le stand du Comité Français des Aérosols (CFA) au Paris Packaging Week

Lettre d’information REACH et CLP du CFA n°200

Entete de la lettre d'information n°200 du REACH et CLP

En collaboration avec le Comité Français des aérosols, voici un résumé des points abordés par le service national d’assistance règlementaire. Ces nouvelles informations REACH et CLP sont disponibles en détails dans la lettre d’information n°200 disponible en téléchargement à la fin de cet article.

 

À la une


Mise à jour de la liste des SVHC

L’ECHA a mis à jour le 17 janvier 2022 la liste des substances extrêmement préoccupantes (SVHC)

4 nouvelles substances
  • 6,6′-di-tert-butyl-2,2′-méthylène-di-p-crésol – toxique pour la reproduction,
  • tris(2-méthoxyéthoxy)vinylsilane – toxique pour la reproduction,
  • 4-MBC (nom complet : (±)-1,7,7-triméthyl-3-[(4-méthylphényl)méthylène]bicyclo[2.2.1]heptan-2-one couvrant l’un de ces isomères individuels et/ou des combinaisons de ceux-ci) – perturbateur endocrinien pour la santé humaine,
  • Phosphorodithioate de S-(tricycloPhosphorodithioate (5.2.1.02,6)déca-3-en-8(ou 9)-yl O-(isopropyle ou isobutyle ou 2-éthylhexyle) – PBT.

 

Actualités


CLP

Présentations en ligne du webinaire des derniers changements de l’outil de notification aux centres antipoison

Classification harmonisée
  • N-hexane (CE 203-777-6 ; CAS : 110-54-3)
  • 1,4-dichloro-2-nitrobenzène (CE 201-923-3 ; CAS 89-61-2)
  • Ethanethiol (CE 200-837-3 ; CAS 7508-1)
  • N,N’-méthylènediacrylamide (CE 203-750-9 ; CAS 110-26-9)

REACH

Enregistrement
  • Dernière chance pour demander les numéros d’enregistrement REACH
  • Nouveaux guides pour déterminer les niveaux de dose dans les essais
Restrictions
  • Restrictions sur les encres de tatouage et maquillage permanent – Entrée en vigueur
  • Consultation publique sur les HAP dans les cibles en argile pour le tir
  • Dossiers soumis sur les substances per- et polyfluoroalkyles (PFAS) dans les mousses anti-incendie
  • Rapport d’évaluation sur les acide arsénique dans les articles

SCIP

  • Mise à jour du « pack » de référence
  • Enregistrement du webinaire du 2 décembre 2021 disponible

Institutions européennes

La Commission Européenne a lancé le 20 janvier 2022 une consultation publique sur la révision du règlement REACH.

Révision du règlement REACH
  • Consultation Publique de la Commission européenne
Contentieux
  • Bisphénol A et statut SVHC

 

Lettre d’informations


Descendez tout en bas de la page pour télécharger le document

Chargeur En cours de chargement…
Logo EAD Cela prend trop de temps ?
Recharger Recharger le document
| Ouvert Ouvrir dans un nouvel onglet

Télécharger [1.13 MB]

Généralités sur l’impédancemétrie

L’IMPÉDANCEMÉTRIE EST UNE SCIENCE

Un bref historique de l’impédancemétrie

Les premiers tests relatant l’impédance électrique remontent à Georg Simon OHM (1788-1854), célèbre physicien ayant établit les relations fondamentales entre courant, tension et résistance électrique. Cette science s’est vulgarisée ces dernières années en particulier dans le domaine médical ou paramédical. Il faut toutefois savoir que l’impédancemétrie a été mise en œuvre dans les emballages dès les années 1980. Le LEREM, quant à lui pratique ces études depuis les débuts des années 90.

Imaginez que vous soyez en capacité de matérialiser par un modèle mathématique un ensemble d’éléments et que ces éléments puissent vous donner des grandeurs physiques que vous puissiez étudier de façon absolue mais aussi de façon relative, par exemple comment évoluent-elles dans le temps. 

C’est ce qui se passe avec les pèses personnes modernes qui vous donnent en plus de votre poids votre indice de masse graisseuse, votre indice de masse musculaire voire d’une mesure à l’autre comment votre régime alimentaire fait évoluer votre masse musculaire…

C’est un des multiples exemples de l’application des mesures impédancemétries. Les résultats vulgarisés de ces mesures sont passés par des modélisations mathématiques. Les modèles mathématiques ont été calibrés sur la base de résultats de mesures de signaux très faibles et très précis électriques à différentes fréquences. Ces résultats ont ensuite permis de représenter votre corps en un modèle électrique équivalent d’un circuit RLC (résistif, inductif, capacitif).

De très faibles courants, sans aucun danger, traversent votre corps en passant par les pieds et les mains et par les points de mesure qui sont appliqués sur votre corps. Vous connaissez maintenant le principe de base des mesures d’impédancemétrie. 

APPLICATION DANS NOTRE DOMAINE

Comment peut-on maintenant mettre l’impédancemétrie au service des emballages métalliques ?

On procèdera plus ou moins de la même façon que le pèse personne, par l’application d’une faible différence de potentielle de grande précision à différentes fréquences sur l’emballage.

En fonction des résultats, on cherchera à créer un modèle RLC équivalent. On ne cherchera pas à trouver la masse musculaire de l’emballage mais à trouver une combinaison, vernis intérieur, substrat, formule conditionnée qui présente un modèle mathématique donnant une grande résistance et une capacité très faible. Qui plus est, des mesures seront répétées à intervalles réguliers de manière à confirmer, ou pas la stabilité des résultats dans le temps. 

Il sera, par exemple possible sur une période de 4 semaines de confirmer de façon fiable qu’une combinaison vernis, substrat métallique, formulation n’est pas stable et donc d’anticiper de mauvais résultats de test d’entreposage (ou de compatibilité). 

On procèdera plus ou moins de la même façon que le pèse personne, par l’application d’une faible différence de potentielle de grande précision à différentes fréquences sur l’emballage.

Ces mesures ne peuvent s’appliquer que si la formule conditionnée est suffisamment conductrice. Certaines formules, dans de rare cas, ne sont pas conductrices et donc ne permettent pas les études par impédancemétrie.

L’évaluation de la conductivité des formules peut être réalisée assez facilement par une mesure au conductimètre. Les générateurs de signaux faibles appelés potentiostat sont également prévus pour se mettre en sécurité si la formule n’est pas compatible avec les moyens de mesure. On notera que ces études ne peuvent pas se substituer aux études de compatibilité par entreposage. C’est une méthode comparative fiable pour savoir plus rapidement quelle combinaison vernis-substrat, ne sera, in-fine pas compatible.

Par ailleurs, le matériel et les systèmes de traitement des mesures ont évolué. Le LEREM, sur ce point sera équipé de matériel neuf à l’état de l’art dès décembre 2021. Ce point sera développé dans un prochain article.

Fort de plus de trente années d’expérience dans ce domaine et équipé de matériel moderne, le LEREM est à votre disposition pour réaliser des études de compatibilité contenant-contenu par impédancemétrie. 

Appareil d'impédancemétrie

Politique qualité du laboratoire 2021-2022

POLITIQUE QUALITE 2021-2022

08 Janvier 2021

M. Paul Garcia en tant que Président du CA du LEREM et M. Franck FLECHEUX en tant que Directeur du LEREM s’engagent à donner les moyens pour faire appliquer la politique qualité décrite ci-dessous :

  • Etre à l’écoute des besoins des clients

Comprendre toujours mieux les besoins et les attentes explicites ou implicites des parties intéressées. La qualité, la fiabilité, la précision et la rapidité des essais du Laboratoire sont les éléments essentiels de son image de marque et de sa réputation.

  • Avoir du personnel et des moyens qualifiés

Le laboratoire est constitué d’un personnel et d’équipements de contrôle, de mesure et d’essai qualifiés pour répondre à ses enjeux. Le laboratoire dispose également d’un Système Qualité qui a été évalué et jugé conforme aux exigences de la norme ISO 9001 version 2015, dans son domaine d’application.

  • Respecter les exigences règlementaires

Le laboratoire doit prévenir les risques d’incidents liés à la sécurité des emballages par ses actions et une communication pertinente.

  • Pérenniser la gestion des déchets

Le laboratoire génère peu de déchets mais nous sommes conscients que tous les efforts pour limiter l’impact environnemental est important. Le laboratoire s’engage à maintenir une démarche visant à organiser le tri des déchets et à gérer leur évacuation vers les filières de recyclage ou de traitement adaptées.

Les missions principales du laboratoire sont :

  • Assurer la conformité des emballages destinés au transport des marchandises dangereuses en vue de la délivrance de certificats d’agrément pour les emballages, dans le respect de la règlementation en vigueur
  • Réaliser des essais pour les fabricants/remplisseurs d’aérosols (inflammabilité, résistance à la pression…) nécessaires au respect de la réglementation aérosols et à la sécurité de tous
  • Représenter la profession et défendre ses intérêts auprès des autorités et agences publiques et autres organisations professionnelles en France et en Europe
  • Apporter une expertise indépendante à tout demandeur pour tout problème ou question technique soulevés lors de conflits inter-professionnels ou juridiques
  • Développer l’activité marchande et améliorer le résultat financier

Les objectifs du laboratoire sont les suivants :

  • La satisfaction de ses clients par l’analyse des retours de questionnaires de satisfaction et des indicateurs qualités internes en maintenant le même haut niveau d’exigence que pour les dernières années
  • Maintenir la sécurité des membres du laboratoire au travail
  • Établir un projet d’évolution du modèle économique du laboratoire
  • Détailler et avancer vers un projet de certification BPL (Bonne Pratique de Laboratoire) du laboratoire

M. Jean Baptiste MATHIEU est chargé du suivi du système qualité du laboratoire.

M. Jean Baptiste MATHIEU sera également chargé de l’animation et de la coordination des démarches de progrès.

La qualité représente un engagement de chaque membre du laboratoire. Le développement de la politique qualité, sa communication, l’analyse des risques ainsi que le respect des objectifs fixés constituent une priorité pour tous.

 

Le Président du Conseil d’administration du LEREM

M. Paul GARCIA

signature-garcia

 

 

Le Directeur du Laboratoire LEREM,

M. Franck FLECHEUX

signature-flecheux

 

 

 

Le Responsable Technique, Responsable de la Qualité

M. Jean Baptiste MATHIEU

signature-mathieu

 

 

La Technicienne de Laboratoire et Secrétaire,

Mme Corinne GUYOT

signature-guyot